Portraits • 56 degrés • Manuel Caballero • Photographe

"Detroit made me" • Marie • Detroit, MI • 27 juillet 2016

Quelle est la probabilité de rencontrer une bordelaise avec une connaissance en commun en une soirée à Détroit ? Alors que je parlais de mes origines avec le fondateur du bar à cocktail dans lequel je passais la soirée, il me dit que sa précédente serveuse est de Bordeaux. Alors ni une ni deux nous recherchons son profil sur Facebook et je découvre que nous avons une amie que en commun que que nous avons connu lorsque nous étions plus jeunes. Et voilà que nous sommes mis en contact !

Dès le lendemain soir nous nous retrouvons au bar pour nous rencontrer. Une fois les souvenirs échangés, nous filons en direction d'une salle de concert improbable dans laquelle tous les vieux musiciens et chanteurs noirs se retrouvent pour jammer ensemble. Immersion Motown au maximum !

A mon grand étonnement, le passage de la frontière américano-canadienne est impossible à vélo à Détroit, le tunnel et le pont sont impraticables. Alors après le petit déjeuner le lendemain, vélo et sacs enfournée dans la benne du pick-up pour franchir la frontière ! Merci Marie <3

"Isn't she beautiful?" • Vanessa & Jessica • Detroit, MI • 26 août 2016

Un bon bar c'est surtout une bonne ambiance. Et lorsque je suis rentré dans le Cafe D'Mongo's Speakeasy, j'ai tout de suite été accueilli par la meilleure serveuse jamais rencontrée. Elle m'a installé à côté de cette maman et de sa fille. Vanessa venait visiter sa fille qu'elle n'avait pas vue depuis longtemps. Quelques mots échangés et la maman me paye le premier verre d'une soirée qui ne m'aura quasiment rien coûtée tellement tout le monde à payé pour moi !

"Je crois que les prière soignent mieux que les médicaments" • Rick • 23 août 2016 • Long Beach, IN

Un soir, alors que je me promenais sur le lac Michigan en me demandant si je pourrais y planter ma tente, Rick est venu me parler pour me questionner au sujet de mon voyage. Pas 3 mn plus tard, il me proposait de dormir chez lui. Lors de notre soirée passée à discuter à batons rompus, j’ai découvert qu’il était l’animateur d’une communauté religieuse qui m’était inconnue : la Science chrétienne, qui pense que la maladie est la conséquence de pensées négatives.

Et le matin lorsque nous sommes allé nous baigner dans le lac, j'ai enfin découvert un partenaire aussi assidu que moi pour faire des ricochets dans l'eau !

« He knows how to make a deal » • Kathleen Check • 22 août 2016 • Chicago, IL

En quittant Chicago, j'avais posé mon vélo sur la plage et alors que je testais la température de l’eau, Kathleen m’a encouragé à plonger tête la première. C’est aussi simplement que nous avons engagé la conversation.

Coach sportive, elle faisait ses exercices quotidiens dans l’eau suite à une blessure. Habitant alternativement dans le Nevada et dans l’Illinois, elle se plaignait que les gens n’avaient plus assez d’argent pour faire appel à ses services, que l’immobilier était trop cher, que les jeunes ne trouvaient plus de travail et que le pays était mal géré. Elle attendait que D. J. Trump conduise les USA vers le renouveau économique comme une entreprise. Mes arguments sur les multiples faillites de l’homme d’affaires, qu’il ne pourrait pas se permettre de faire avec le pays, ne l’ont pas convaincue !

"I crossed the US too !... Railhopping!" • Jon Mark • Dwight, IL • 19 août 2016

J'ai rencontré Jon alors que je faisais la sieste sur le quai de la gare de Dwight. Idiotement, lorsqu'il s'est approché de moi je me suis méfié de cet homme au look de hobo, un peu aussi ennuyé de ne pas avoir la possibilité de me reposer tranquillement.

Une fois la conversation installée, il ma confié avoir été diagnostiqué schizophrénique et s'être installé dans ce trou perdu de l'Illinois pour se rapprocher de son fils... qu'il ne peut approcher sur injonction de la justice, saisie par son ex compagne.

« Who do you think you are for each other? » • Kathy & John • Mansas City, MO • 12 août 2016

Cette histoire est la plus improbable qui me soit arrivée durant ce voyage. Alors que je venais d'arriver à Kansas City après la traversée sans fin de l'est du Colorado et du Kansas, cette soirée passée à rencontrer Kathy et John restera comme le reboot de 56 degrés.

J'avais choisi ce restaurant italien Ragazza pour manger les pâtes dont je rêvais depuis 15 jours. Une fois installé au comptoir, nous avons entamé la conversation, bientôt rejoints par une autre cliente. A son départ, cette dernière demande à la patronne de lui donner la note de mon repas, et la réponse fut aussi incroyable que possible : "C'est déjà réglé".

Kathy et John, alors que j'étais en train de finir mon plat, avaient déjà pris l'initiative de m'inviter. Nous avons fini la soirée autour de nouveaux verres de vin à deviser sur l'élection à venir, l'Obamacare, devenue nécessité pour John, de nos couples.

Mais l'histoire de s'arrête pas là ! 2 jours après je reçois un texto de John qui me raconte une anecdote incroyable. Kathy, lors d'un dîner, a évoqué notre rencontre avec une autre convive qui s'est avérée être Hali, une charmante dame que j'avais rencontrée à Walden, CO, (elle avait promis de me recontacter pour que nous nous retrouvions à Kansas City mais elle a probablement oublié).

Cette coïncidence restera comme l'un des moments forts de ce voyage et confirmera le reboot total de 56 degrés !!!

"Travelling is dangerous..." • Jessica & Doug • Bloomington, IL • 19 août 2016

En me proposant d’embarquer dans leur voiture, alors que j’écoutais le 800 m du décathlon Olympique de Rio dans une station service, Doug et Jessica m’ont sauvé d’un orage violent typique de cette région des Etats-Unis qui m’aurait arrosé toute la nuit sous ma tente. Notre rencontre fut brève mais nous avons pu évoquer leur étonnement face à mon aventure, leur peur de l’étranger et leur patriotisme les incitant à voter pour D. J. Trump.

Et quelques jours plus tard lorsqu’un joueur de football a refusé de se lever lors de l’hymne qui est joué avant toute rencontre dans le pays, il m’a montré cette vidéo.

Doug est l’illustration parfaite de l’américain pour qui l’hymne, le drapeau sont des symboles intouchables à respecter, ils sont la manifestation de l’histoire du pays et des vétérans qui se sont battus pour le défendre et que les démocrates n’incarnent pas selon lui.

« I resume my journey today » • Jeff Eggleston • Boonville, MO • 14 août 2016

Brève mais belle rencontre avec Jeff sur la Katy Trail. Il avait du abandonner sa traversée quelques semaine plus tôt parce que sa femme était tombée malade. Je le croise le premier jours de sa reprise, quelques jours après que sa femme lui ai dit, "C'est bon, tu peux repartir !"

« I walk across the country for the veterans » • Angela Hatton • Boonville, MO • 13 août 2016

Vers midi, 1h après mon départ et alors que je roule sur la Katy Trail, je m'apprête à doubler cette maman avec une poussette... mais en la dépassant je m'aperçois de mon erreur et je lui demande "Are you walking?" et elle me répond avec son grand sourire : "Yes!". Alors j'ai mis pied à terre et je ne suis pas remonté sur le vélo jusqu'à la fin de la journée.

Angela est de ceux qui traversent un continent à pieds. Et ce n'est pas un petit exploit.

Quel plaisir de passer cette après midi à deviser sur nos expériences partagées du voyage lent, de l'expérience personnelle, de la rencontre de l'autre et du soi.

« Do you play Pokemon Go when you're on your bike? » • Nicholas • Sedalia, MO • 13 août 2016

« Ahah!!! No !! »

« Do you want to sleep at our place? » • John Bays • Saint Francis, KS • 4 août 2016

Ce soir là, avant de me diriger vers le golf pour y planter ma tente, je suis allé dîner au restaurant. J’avais réalisé la veille un petit panneau que je balade sur mon vélo qui explique en quelques mots mon projet. Pendant mon dîner deux couples de clients sont rentrés pour commander une pizza et l’un des deux hommes m’a abordé en me demandant plus de détails sur mon voyage, étonné à la lecture de mon panneau. Après 10 minutes de discussion et de blagues, il me proposait de passer la nuit chez lui. Je n’ai même pas pu payer mon repas.

Trucker (Chauffeur routier), il était tellement différent de la famille de la nuit précédente, bon mangeur et buveur de bières, il n’a pas voulu me dire pour qui il allait voter mais il défendait les valeurs humaines du Kansas : travail, honnêteté par delà les orientations sexuelles ou religieuses.

« I won against cancer » • Lynne McNichol • Byers, CO • 2 août 2016

En croisant cette dame, cela m'a rappelé une expérience personnelle du cancer. Plus jeune elle avait été atteinte d'un "adenoid cystic carcinoma", un cancer du bas du visage.

Guérie et active, elle accompagne son fils qu'elle espère futur champion de skate

« I can watch you bike if you want » • Inconnue • Denver, CO • 1 août 2016

La poste aux USA, c'est pas comme Walmart, pas question de rentrer avec son vélo. To cut a long story short, je me suis fait jeter. La veille j'avais perdu ma clé d'antivol et je ne pouvais donc pas attacher mon vélo, pourtant je devais rentrer dans la poste pour acheter des timbres et envoyer les lettres de tous mes abonnés Tipeee.

Cette gentille jeune fille s'est alors proposée de surveiller mon vélo pendant mon retour dans le bâtiment, sous le nez du vigile que j'ai regardé d'un oeil noir !

"He will do less harm than Hillary" • Win • Steeamboat Springs, CO • 27 juillet 2016

Alors que je sortais d'"Eggs & I", le restaurant dans lequel j'avais pris mon petit déjeuner, Win m'a interpelé au sujet de mon voyage avant de rapidement me proposer de me payer mon déjeuner (oui il était un peu tard...), je lui ai répondu que c'était très gentil mais que je n'avais plus faim, alors nous avons poursuivi notre discussion.

Il a 81 ans et a traversé les USA à vélo il y a 11 ans, c'était son cadeau d'anniversaire et tenez-vous bien... en 39 jours ! Autant dire qu'il ne s'arrêtait pas comme moi flâner, parler, photographier ! Nous nous sommes séparés non sans nous être pris respectivement en photo. Après avoir faire un petit réassort d'eau et de soda dans le supermarché local, je suis parti gravir ma longue montagne quotidienne.

Et après environ 500m d'ascension, je vois une voiture et un conducteur à casquette jaune fluo s'arrêter quelques dizaines de mètre plus loin. C'était Win ! Il m'attendait avec un grand verre de coca bien frais. Je n'arrive pas encore à y croire, quel geste inspirant. Et nous avons poursuivi notre discussion pendant 45 minutes sur le bord de la route, et bien sûr j'ai évoqué la politique.

Elu deux fois lorsqu'il était entrepreneur en Floride, il se qualifie de conservateur pour les sujets économiques et libéral (au sens progressiste) d'un point de vue social. Lui aussi décrit Hillary comme une voleuse et une menteuse, citant les affaires des emails et la façon dont elle a financé sa campagne par des fonds venus de l'étranger par l'intermédiaire de sa fondation. Il ne veut pas non plus que les Etats-Unis deviennent un pays dans lequel l'Etat prend trop de place comme la France (il me dit ça avec un sourire un peu gêné mais très gentil).

Il qualifie Donald Trump de "mother fucker". Mais il respecte la façon dont il a fait fortune (oubliant au passage qu'il a hérité de la fortune de son père et qu'il a fait faillite deux fois). Il estime aussi que n'étant pas politicien et n'étant pas apprécié du monde politique, même républicain, le Congrès et le Sénat l'empêcheront de faire n'importe quoi, il est donc persuadé qu'il fera moins de mal à son pays, il votera donc pour lui.

"This is not about the bike, this is about the people", Stephen Swift me l'avait dit un mois auparavant, il avait dit vrai !(scrollez pour lire la suite !)

Les chances de croiser Francine et Taylor étaient minces, voir nulles, et pourtant en les croisant les rencontré deux belles âmes. Mais c'est Noah, un jeune cycliste étourdi qui m'a donné leur contact, il avait sympathisé avec Taylor quelques jours avant.

Je n'aurais du rester qu'une nuit à Vernal et repartir le lendemain matin, mais alors que nous passions notre première soirée à bavarder et nous connaître, Francine m'a proposé de rester la journée suivante, et la réponse était si évidente : OUI !

J'ai pris cette photo lors de mon départ, alors que Francine s'apprêtait à emmener Taylor à l'aéroport pour un long séjour en Espagne. Vous pouvez constater à quel point Francine est émue à cet instant et je suis très fier d'avoir pu capturer ce moment d'amour maternel.

Pour la petite histoire j'ai eu l'occasion d'accueillir Taylor à Bordeaux alors qu'elle finissait son séjour en Espagne et ce fut une sacré expérience de la retrouver si loin de l'Utah !

"Our country is like a 23 year old man" • Bobbie Alvey • Salt Lake City, UT • 21 juillet 2016 (scrollez pour lire la suite !)

Bobbie est la super barmaid qui s'est occupée de moi lors de mon second dîner à Salt Lake City. C'est l'illustration parfaite du service à l'américaine, disponible, souriante, enjouée et à l'écoute de son client. Il y a toujours un mot gentil, une solution à tout problème. Ici les serveurs ne sont pas payé le salaire minimum, mais $2.13 de l'heure, ils compte donc sur les clients pour gagner leur vie, le pourboire minimum est de 15% de la note, mais l'usage est de laisser au moins 20%.

Nous avons passé le temps de mon dîner à faire des blagues et à parler, il n'y avait pas grand monde dans le restaurant et j'étais son seul client. Elle m'a raconté être une artiste et être certaine de son succès futur en tant qu'auteur dans une future édition du célèbre festival du film indépendant de Sundance, qui a lieu chaque année non loin... Elle est d'éducation stricte Mormone et de son propre aveu issue d'une famille de rednecks. Mais elle semble s'être bien éloignée de tout ça !

Selon elle les USA sont comme un jeune homme sans passé qui veut prouver son indépendance, sa force.

"There's a hierarchy" • Lucene Stover • Eureka, NV • 16 juillet 2016 (scrollez pour lire la suite !)

Lucene est la responsable du motel dans lequel j'ai passé deux nuits à Eureka. Elle m'a intrigué car elle portait une robe vraiment très mamie nova et une petite coiffe en tulle qui couvrait son chignon. J'avais bien une idée en tête mais je voulais en savoir plus. Alors je lui ai tout simplement posé des questions !

Et c'était bien une raison religieuse. Elle appartient à un mouvement chrétien appelé Mennonitisme (wikipedia). Ce mouvement né en Europe est assez traditionaliste, mais pas autant que les Amish. Les valeurs affichées de ce mouvement sont intéressantes : pacifisme, baptême volontaire, laïcité inclusive. Lucene a d'ailleurs passé quelques temps au Liberia en mission humanitaire.

Mais, revenons en à ce petit voile sur son chignon. Sa raison d'être est la soumission à Dieu. Oui parce qu'il y a une hiérarchie dans la pensée Mennonite : Dieu, l'homme et la femme qui doit se soumettre à son mari (en dernier recours précise-t-elle). Juste avant de nous quitter j'ai partagé avec elle mon athéisme, elle était étonnée, m'expliquant qu'elle ne peux pas envisager le monde qui l'entoure sans l'intervention de Dieu. Un trait de pensée assez commun dans le Nevada, tous les villages sont précédé d'un ensemble de panneaux présentant les différentes Eglises, au sens spirituel.

Pour finir sur son voile, (qu'elle trouve trop peu couvrant mais elle respecte les consigne de sa paroisse), je trouve que cela nous peut nous faire nous poser quelques questions sur notre vision française du voile musulman. Je ne vous livrerai pas aujourd'hui mes réflexions mais probablement dans un prochain article lié à une expérience à San Francisco.

A lire un article du journal local à propos de l'implantation des Mennonites à Eureka

Générosité • Jerry Cornelison • 14 juillet 2016 • Austin, NV (scrollez pour lire la suite !)

Cela fait 5 jours que je suis au Nevada et je n'en reviens toujours pas de la générosité des gens que j'y ai croisés.

Je me suis fait offrir le petit déjeuner par la patronne du The Courtyard Cafe & Bakery. Elle a même contacté un ami pour m'aider à regonfler mon pneu arrière suite à une seconde crevaison, qui lui même m'a offert un adaptateur pour utiliser toutes les pompes automobiles. J'ai pu planter ma tente et prendre une douche gratuitement dans cet endroit improbable qu'est Middlegate Station.

En arrivant hier soir à Austin, Nevada, la patronne d'origine Sud Coréenne du motel dans lequel je dormais m'a cuisiné un délicieux plat coréen.

Ce matin enfin, toujours à Austin, Jerry (sur la photo), vétéran de la guerre du Vietnam et fervent motard, m'a payé mon petit-déjeuner.

Voilà, je crois qu'en ce 14 juillet triste, il ne faut pas oublier que la nature humaine est avant tout généreuse.

Et parce que tout cela est un grand cercle, j'ai redonné l'intégralité de ce que j'ai économisé grâce à tous mes généreux bienfaiteurs à Biking for World Hunger, un jeune cycliste de 17 ans qui traverse comme moi les USA mais pour alerter les gens qu'il rencontre au sujet de la faim dans le monde et pour lever des fonds pour une association, vous pouvez participer : en cliquant ici

"Don't worry I've been there." • 8 juillet 2016 • South Lake Tahoe, CA (scrollez pour lire la suite !)

Un mélange de Greg Lemond, Steve McCurry, Gordon Ramsey et Mike Horn, voici mon nouvel ami Rick Gunn que j'ai eu l'infinie chance de rencontrer lors de mon séjour à South Lake Tahoe, California.

Cette phrase c'est quasiment la première qu'il a prononcé lorsqu'il m'a retrouvé en haut d'Echo Summit, après 1500m d'ascension vendredi, alors que je m'excusais d'arriver un peu tard et d'être un peu lent. Tu m'étonnes.

Il a fait le tour du monde à vélo en 3 ans, a parcouru plus de 40 pays, animé des ateliers avec des enfants, fait du bénévolat dans des camps de réfugiés.

Alors que je ne devais rester qu'une seule journée, je n'ai pas résisté à la tentation de prolonger mon séjour avec lui. Il m'a emmené camper dans de magnifiques endroits et nous avons pu partager de superbes discussion autour de la photographie, du vélo, du voyage, de la politique (évidement), de l'amour.

J'espère un jour avoir l'occasion de partager quelques aventures avec lui !

I'll be waiting in Bordeaux with some homemade foie gras buddy!

"They know how to get things done" • Tim Davis • Twin Bridges / South Lake Taho, CA (scrollez pour lire la suite !)

J'ai rencontré Tim et ses amis dans la dernière partie de l'ascension en direction de South Lake Tahoe, juste avant de passer 2 jours avec Rick Gunn. La journée allait finir avec 1500m de dénivelé positif et j'étais pas mal au bout du rouleau. Alors lorsque je trouvais ce petit bar où il était attablé, je m'arrêtais pour remplir mes gourdes d'eau.

Il se trouve que Tim Davis est conseiller en marketing politique. Alors nous avons un peu parlé. Et je lui partageais mon idée qu'on ne devrait pas pouvoir passer plus de 10 ou 15 ans d'activité politique afin de limiter la professionnalisation de l'activité et éviter le clientélisme électoral. Et il m'a donné cet argument intéressant, c'est que l'expérience permet aux hommes et femmes politiques de mener mieux à bout leurs projet. Intéressant mais pas suffisant selon moi.

"What a interesting man we met he is biking from Los Angeles to Montreal. Such a beautiful voice. He is from France. His name is Joseph Manuel Caballero. Wow" • Robin Burns • Placerville, CA

J'ai rencontré Robin et J'Lanna pendant ma pause déjeuner. Après leur avoir expliqué mon projet, elles ont voulu faire des photos avec moi comme si j'étais une vedette. Alors bien évidement j'ai du les photographier !

Robin est de retour en Californie pour les vacances après avoir déménagé en Louisiane pour prendre soin de sa maman malade.

"They respect you for what you do man!" • 5 juillet 2016 • Sacramento, CA

J'ai rencontré Rudy dans sa boutique de vélo à l'entrée de Sacramento. Je devais racheter une chambre à air de secours.

Quand il a su que j'allais à Montréal, il m'a annoncé qu'il devait me rembourser $2 sur les $7 du prix pour la performance.

En me tendant finalement 3 billets de $1 il me dit : "Be careful, everybody's crazy out there!" Je lui ai répondu que jusqu'ici tout les gens que je rencontrais étaient plutôt gentils et en me pointant du doigt il me lance : "because they respect you for what you do man!"

"I'm looking for a latino with a grey shirt..." • Agent Parisius • 4 juillet 2016 • Davis, CA

Hier soir alors que je venais de crever pour la première fois depuis mon départ, l'agent Parisius de City of Davis Police Department est venu à ma rencontre. Il recherchait ce fameux latino au tshirt gris... Malgré les apparences, je trainais assis sur la piste cyclable avec mes sacs ouverts en train de changer ma chambre à air et en mangeant des tartines de Nutella, ce n'était pas moi : "He has a blue jeans! Obviously it's not you!"

On parlait de mon projet quand d'autres agents de la Police municipale sont venus, c'est l'un d'eux qui a pris notre portrait commun.

Je suis même reparti avec une lumière pour mon vélo badgée Police de la ville de Davis dont la devise est : "Most bicycle friendly town in the world".

Merci agent Parisius !

Conner Haberstroh • 2 juillet 2016 • Corte Madera, CA

Pas de citation en particulier, mais juste une remarque sur la gentillesse et la serviabilité des commerçants, vendeurs américains. Ils feront tout leur possible pour résoudre votre problème. Tout.

Je quittais SF pour China State Park, et je devais faire quelques achats. Après mes 1000 premiers km, je cherchais à faire nettoyer ma chaine qui était très encrassée. Et il a tout contrôlé minutieusement, est sorti faire un tour sur le parking du REI (l'équivalent du Décathlon ici mais en un peu mieux car ils ne se contentent pas de vendre leur produits).

"En tant que Britanique, je suis un peu triste du Brexit. Mais la politique Anglaise ne m'intéresse plus trop" • Alan Sinclair • 24 juin 2016 • Half Moon Bay, CA

Alan vit depuis 30 ans en Californie. Il vient de se faire licencier à 62 ans de l'entreprise pour laquelle il était développeur. Je faisais du stop le long de la California 1 quand il s'est arrêté avec son van VW T3. Il était en chemin vers San Francisco où il mariait sa fille le lendemain. Il m'a déposé juste à côté du prochain camping et a sauvé ma journée. Je ne le remercierai jamais assez.

"Je suis pas très branché politique mais j'ai l'impression qu'il est plus difficile d'avoir une conversation avec les Républicains, ils sont plus agressifs" • J'ai perdu son nom • 17 juin 2016 • Camping de Pfeiffer, Big Sur, CA

L'un des nombreux cyclistes avec lesquels j'ai partagé des nuits dans les campings de Californie. Tous à l'exception de Stephen se dirigeaient vers le sud, avec le vent dans le dos. Facile !

« It's not about the bike, it's about the people » • Stephen Swift • 20 juin 2016 • San Simeon, CA

La morale, avancer, ne pas se plaindre.

J’ai rencontré Stephen le matin, alors que je pliais mon camp au Parc San Simeon. Il m’interpelle avec la question classique : « Tu vas où ? », moyen facile d’engager la conversation entre voyageurs. Je lui réponds et lui retourne la question.

Et là, surprise. Parti le 7 mai 2012, alors que je venais à peine de m’installer à Montréal, il voyage depuis plus de 4 ans ! Une éternité.

Je dois vous raconter que Stephen n’est pas l’homme le plus chanceux de la terre. En 2011 il a perdu sa femme dans un accident de voiture, duquel l’une de ses filles, Savannah, a survécu avec un traumatisme qui l’a laissée avec la conscience d’une enfant de 10 ans. 10 mois plus tard il est diagnostiqué de son second cancer.

Au bord de la dépression, Savannah lui suggère de partir faire un voyage à vélo. Il pensait partir un mois et le voilà toujours sur la route, trainant derrière son vélo une lourde remorque chargée d’une infinité de matériel : tente pour 4, table, chaise, réchaud. « C’est plus agréable pour le gipsy camping », façon personnelle d’appeler le camping sauvage. Il transporte toujours 4 bols et assez pour nourrir les gens qu’il rencontre, c’est d’ailleurs l’une des première choses qu’il m’a proposées pendant notre discussion. Sa fille est sa motivation chaque jour sur le vélo, à rencontrer de nouvelles personnes, à transmettre son histoire, à sensibiliser un maximum de personnes au sujet du cancer.

Au cours de ces 4 années, il s’est fait voler son ordinateur portable, une tente et 2 vélos. Et malgré cela il garde toujours foi en la rencontre humaine.

"En tant que Latino, je voterais pour Hillary, mais je ne suis que résident, je ne peux donc pas voter." • Alex Montero • 17 juin 2016 • Guadalupe, CA

J'ai rencontré Alex alors que je mangeais la pizza qu'il m'avait préparée. Ce soir là allait être ma première nuit à camper. C'était dans le jardin de la caserne des pompiers, le capitaine Fernando Garcia m'avait accueilli les bras ouvert en m'offrant une douche et me proposant de faire ma lessive.

"Hillary is a professional politician, a professional liar, it's going to be the continuity of Obama and Bill Clinton. Trump says some things that american think but in a stupid way." • Mike Foster • 06/13/16

J'ai rencontré Mike alors que j'essayais de faire une photo du mur contre lequel il se tient sur la photo. Il était drôle avec son vieux téléphone à clapet. Il est à la retraite après avoir été propriétaire d'un bar pendant 40 ans. Il promène les chiens désormais.

Et de poursuivre : "Prends l'exemple du mur (entre le Mexique et les USA), il ne le construira jamais, mais il y a assez de Latinos, regarde tous les sans abris, beaucoup de gens ont besoin d'un boulot qui n'est pas disponible".

"We're well paid, I used to made $15 an hour, but I made a mistake and now it's $12" • Terrence Williams alias Blacc Token • 12 juin 2016

Il faisait virevolter son panneau en faisant des mouvements incroyables. Je me suis arrêté pour lui dire mon admiration. Au cours de la conversation, il me demande d'où je suis, quand je lui réponds, il m'explique que son entreprise a un établissement en Croatie : "Est-ce loin de la France ?"

"We've been married for three years now" • Tracey • Long Beach, CA • 12 juin 2016

Tracey and Amy forment le super couple qui m'a hébergé pour une nuit à Long Beach. Comme elles avaient une soirée prévue, elle m'ont confié la maison avec leur deux chiens, ne suis-je pas un homme de confiance ? J'étais assez fier !

"I left Egypt 8 years ago, this is paradise here" • Wants to stay anonymous • Long Beach, CA • 11 juin

Appellons-le Mon Sauveur. C'est le chauffeur Uber qui m'a rammené de Paramount dans le nord vers Longbeach alors que je m'étais totalement trompé d'itinéraire (un peu à cause de Google Maps) pour me rendre chez mes hôtes Warmshowers. Il était si étonné par tout ce que je lui racontais à propos du voyage, dormir gratuitement chez des inconnus, faire du vélo pendant plus de 6000km, Paris.

Il était vraiment très gentil mais semblait si effrayé par les musulmans. Il avait quitté l'Egypte parce qu'il est Copte (les coptes sont une très vieille minorité Catholique en Egypte). Il me parlait de la vague d'immigration en Europe et il était vraiment inquiet pour nous. Je me demande pour qui il va voter, je vais lui demander lorsque je vais lui envoyer la photo.

"One is a crook, the other is an idiot" • Chris Baggaley • 10 juin 2016 • San Clemente, CA

Chris et Weej sont les merveilleuses personnes qui m'ont hébergé chez elles à San Clemente. C'était ma première expérience avec Warmshowers et ce fut parfait. Je me suis senti comme chez moi en famille, un pur bonheur. Leur gentillesse et leur accueil devront être une inspiration pour moi.

Nous avons eu une conversation intéressante avec Chris. Il est citoyen américain après avoir vécu depuis longtemps aux USA. J'ai eu l'impression qu'il ne savait vraiment pas pour qui voter. Même s'il est plutôt Républicain, conservateur pour l'économie mais plutôt libéral (au sens américain) pour les questions sociales, Donald Trump ne semble pas être un candidat pour lui.

"I wanna be in your book" • Jim Rode • 10 juin 2016

Les matons à l'entrée ne m'avaient pas laissé rentrer sur la base militaire de Pendleton, probablement parce que je n'étais pas un citoyen américain (peut-être aussi parce que je n'avais pas mon casque sur la tête).

J'étais donc bloqué à l'entrée, et l'Interstate 5 ne m'était pas accessible car en travaux, les cyclistes ne pouvaient plus rouler sur la bande latérale. Heureusement qu'un service de navette avait été prévu... mais je semblais le premier passager. Jim, le chauffeur ne semblait pas très au courant. Nous avions quelques difficultés à se comprendre lorsque nous nous parlions au téléphone, son accent était assez impénétrable pour moi.

"What's the way?" • Franck • 10 juin 2016

Franck était un peu perdu malgré ses cartes. Ses mains étaient vraiment sales car il avait eu 2 crevaisons dans la journée. Heureusement pour le moment j'ai été épargné ! Je l'ai rencontré à l'entrée de la base militaire de Pendleton. La fin de l'histoire est avec le portrait de Jim, ma rencontre suivante.

"I will talk of you to my daughter, it's gonna be a blast!" • Thomas Knott • San Diego, CA • 10 juin 2016

Je prenais un peu de repos face à Coronado Island quand Richard est venu me parler, il était un peu timide mais j'ai apprécié répondre à ses questions.

"Everyone has his own story" • Richard Randall • San Diego, CA • 12 juin 2016

Richard m'a abordé en face de la Dog Beach à San Diego. Il passait ses vacances en famille, habitant normalement en Floride. Il me raconte qu'il apprécie parler au gens et que seulement 2 fois il a eu de mauvaises expériences. Alors qu'il me demande si je fais ça pour une cause, je lui réponds que c'est pour moi même. Il attrape alors son portefeuille et me tend $15 : "Prends ça, j'aime ça" !

Ce voyage va être fou.

Poster une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Allé en haut