Tour de France Présidentiel • 56 degrés • Manuel Caballero • Photographe

Tour de France Présidentiel

Un Tour de France plus long que le Tour de France !

Après un premier reportage photo au travers des USA en 2016 (publié en une de La Presse, le plus grand quotidien du Québec, Sud Ouest et sur Rue89 Bordeaux) alors que la campagne électorale battait son plein, je vais repartir pendant les deux derniers mois de la campagne Présidentielle 2017, et parcourir les routes de France à vélo pour aller à votre rencontre.

Deux ambitions

Une élection présidentielle est toujours remplie d’espoir, de promesses. Malheureusement cette année on constate plus que jamais les peurs des électeurs, l’incompréhension, l’indécision alors que 50% d’entre eux ne savent toujours pas pour qui ils vont voter à deux mois du premier tour.
Ce projet photo a une ambition double :

  • Comprendre les citoyens, leurs constats, envies, besoins mais aussi craintes et déceptions,
  • Aider les électeurs indécis dans leur choix en découvrant d’autres électeurs qui auront fait leur choix.

Pendant les 3 mois de l’été 2016, j’ai traversé les USA à vélo avec pour objectif de photographier les personnes rencontrées au hasard de ma route. Ces photographies et les témoignages qui les illustrent seront réunis dans un livre publié aux éditions Les Bijoux de Famille.

Lire la suite

Comprendre

Chaque soirée électorale, je fais le même constat : les perdants expliquent qu’ils ont “bien entendu le message envoyé dans les urnes”.
Les vainqueurs de leur côté tentent d’accueillir la victoire avec modestie mais à peine arrivés à mi-mandat, ils sont déjà contestés, et pire hais.
« Sortez les sortants » on appelle ça, d’élection en élection, force est de constater que les électeurs ne se sentent pas entendus et qu’ils sont de plus en plus perdus dans l’offre politique, les projets, et surtout les hommes.
En partant à la rencontre des citoyens de France, j’ai envie, avec bienveillance, de comprendre leurs motivations pour voter ou ne pas voter, les déceptions des précédents quinquennats et leurs attentes pour le prochain.

Laurie et Manuel expliquent les motivations pour leurs votes de gauche mais pas tout à fait pour le même candidat ! Alors qui vote qui ?

Lire la suite

Aider

Je pars du constat qu’il y a une grave crise de confiance des électeurs envers le personnel politique et qu’il faut imaginer une autre façon de générer cette confiance. Pendant mon tour de France, j’irai à la rencontre des citoyens, ils pourront aussi venir à ma rencontre en me suivant sur le site internet ou en me croisant avec ma pancarte attachée à mon vélo.
Quand je photographierai un électeur d’un des candidats, je publierai sa photo, accompagnée du contexte de notre rencontre, d’une courte biographie, et des motivations de son vote.
Alors tous les gens qui pourraient s’identifier à lui par sa profession, son discours, ses arguments, son origine, ses passions se diraient « Tiens, voilà quelqu’un qui me ressemble ou me motive vote pour lui, c’est intelligent, pourquoi pas moi ? ».

Pour ce tour de France Présidentiel 2017, je partirai de Bordeaux vers les Pyrénées, je me dirigerai ensuite vers le sud-est jusqu’à Nice. Alors je remonterai vers Lille en passant par Grenoble, Lyon, Auxerre. Je reprendrai la route vers la Bretagne tout en faisant quelques étapes au Havre, à Caen. Une fois à Lorient, il sera l’heure de mettre le cap sur L’Élysée, tout en ayant fait halte à Nantes, Angers, Tours et Orléans.

Lire la suite

Bienveillance

Je ne veux pas que les personnes photographiées soient pointées du doigt par ceux qui ne pensent pas « bien », comment s’ils n’avaient pas compris pour qui il fallait voter.
Je fais le lien avec mon précédent voyage aux Etats-Unis et les électeurs de Donald Trump que j’ai croisés et photographiés, en faisant de mon aventure une expérience mémorable, humaine et enrichissante, ils ont gagné mon respect. Alors j’attends de tous mes lecteurs le même respect et le désir de compréhension dont je fais preuve en menant ce projet.

Photo-reporter bordelais, Manuel Caballero a traversé cet été les États-Unis à vélo. Durant son périple de 6200 km, qui a duré trois mois, ses rencontres et ses échanges lui ont permis de se faire une idée de cette Amérique qui vient d’élire le sulfureux Donald Trump, 45e président de la plus grande puissance mondiale.

Lire la suite

Ce n’est pas une performance

Même si ces voyages à vélo peuvent vous paraître comme beaucoup de kilomètres, je ne les considère pas comme des performances physiques. Le vélo est avant tout un outil : de rencontre et personnel.
Un cycliste avec tout son chargement attire la sympathie, cela permet de facilement entrer en contact avec les gens et de gagner leur confiance, ce qui est un atout formidable dans ma démarche.
C’est aussi un formidable outil de voyage : au contact de la route, on sent les différences de température, les odeurs (l’eau, la pluie, les animaux, la mort). C’est aussi un voyage intérieur que l’on mène tout au long des journées de « slow travel ».

Allé en haut