Reportage cycliste et photographique aux USA • 56 degrés • Manuel Caballero • Photographe

Reportage cycliste et photographique aux USA

6200km de vélo de San Diego à Montréal

Pendant les 3 mois de l’été 2016, j’ai traversé les USA à vélo avec pour objectif de photographier les personnes rencontrées au hasard de ma route. Ces photographies et les témoignages qui les illustreront seront réunis dans un livre publié aux éditions Les Bijoux de Famille.

Après un premier reportage photo au travers des USA en 2016 alors que la campagne électorale battait son plein, je vais repartir pendant les deux derniers mois de la campagne Présidentielle 2017, et parcourir les routes de France à vélo pour aller à votre rencontre.

Lire la suite

Je n’étais pas photographe professionnel, même si la photo a toujours été une passion pour moi depuis mon premier appareil que j’ai reçu le jour de mes 6 ans. Même si cela parait impressionnant, je n’ai pas voulu faire de ce voyage une performance physique mais plutôt un exploration à la fois personnelle et humaine en me concentrant sur les gens, ce qu’ils vivent, qui ils sont, leur histoire. L’année 2016 était évidemment particulièrement intéressante : une année électorale qui me donna l’occasion de prendre la mesure des opinions, des ressentis des habitants d’un pays continent qui reste malgré la fragmentation de notre monde encore la première puissance mondiale. Si tout le monde est différent par son histoire, ses origines ou ses valeurs, il y a quand même ce dénominateur commun qui unit ces gens que j’ai rencontrés : leur générosité. Dans ce monde où on nous envoie plein de signaux tristes et négatifs, de violence et de conflits, être placé devant la générosité des gens tous les jours de façon aussi intense et régulière, j’ai trouvé cela magnifique.

Photo-reporter bordelais, Manuel Caballero a traversé cet été les États-Unis à vélo. Durant son périple de 6200 km, qui a duré trois mois, ses rencontres et ses échanges lui ont permis de se faire une idée de cette Amérique qui vient d’élire le sulfureux Donald Trump, 45e président de la plus grande puissance mondiale.

Lire la suite

Ma vision des États-Unis était celle que les médias me suggèrent, celle de tout ce qui se passe d’assez triste, entre Donald Trump et les tueries, le genre de choses qui nous rendent tous inquiets. Pourtant, je rencontre des Américains extrêmement généreux, qui font attention aux gens autour d’eux. Après ce voyage, j’ai mieux compris les Américains, leur point de vue sur différents enjeux. Dans cette immensité, je suis allé à la rencontre de gens qui ne pensent pas comme moi. Et aujourd’hui, j’ai envie de transformer cet essai en quelque chose de plus durable. Le voyage est une occasion qui permet de gagner en maturité. C’est en se déplaçant que l’on arrive à prendre du recul par rapport au quotidien.

Allé en haut